Lexique forestier

Chaque métier a son jargon. Celui de l’exploitation forestière, activité qui remonte aux gaulois (les archéologues ont démontré le recul de la forêt sur cette période), est riche :

Abattage : Opération consistant à couper un arbre sur pied.

Afforestation : voir boisement.

Agroforesterie : Méthode de culture associant des plantations forestières espécées sur un terrain exploité par l’agriculture (pâturage, fauche). Dans le principe, la méthode permet de diversifier les activités et donc les revenus.

Aménagement forestier : L’aménagement forestier consiste à planifier de façon rationnelle la gestion d’un massif forestier.

Arboricole : Qui a rapport à la culture des arbres.

Arboriculture : Désigne l’activité humaine qui consiste à cultiver des arbres.

Arbre : Un arbre est une plante ligneuse de plus de sept mètres de haut.

Arbrisseau : Plante ligneuse se ramifiant dès la base et ne dépassant pas 6 à 7 mètres de hauteur.

Arbuste : Plante ligneuse dont la tige n’est pas ramifiée dès la base d’une taille inférieure à 8 mètres.

Aubier : Partie jeune de l’arbre, bois non encore formé situé entre le bois dur (duramen) et l’écorce. Ce sont les dernières cellules nées de l’année ; ce n’est encore qu’un bois imparfait qui va durcir et se transformer en bois parfait. L’aubier est sujet à l’attaque des insectes parce qu’il renferme certaines matières telles que l’amidon.

Baliveau : c’est un arbre jeune droit et vigoureux, dont on présume qu’il pourra devenir un bel arbre d’avenir, et qu’on réserve (épargne) pour cette raison lors d’une coupe forestière (ou taille de haies dans le cas d’une haie vive ou d’une haie contenant des arbres émergents que l’on souhaite conserver ou traiter par émondage…

Bille : Tronçon découpé dans une grume.

Biodiversité (diversité biologique) : Variété de la vie à trois niveaux : la variété des écosystèmes (diversité des écosystèmes), variété des espèces (diversité des espèces) et variété au sein des espèces (diversité génétique).

Biomasse : Poids sec de toute la matière organique, vivante ou morte, au-dessus ou au-dessous de la surface terrestre.

Bois : Tissu végétal (le xylème) qui joue un double rôle chez les plantes vasculaires : conducteur de la sève brute et tissu de soutien qui donne leur résistance aux tiges.

Bois de chauffage : Arbres utilisés pour la production de bûches de chauffage.

Bois rond : Sections rondes de tiges d’arbres avec ou sans écorce, comme les billes et les poteaux.

Boisement : Création d’un peuplement sur un terrain non antérieurement boisé de mémoire d’homme.

Bûcheron : Professionnel de l’abattage des arbres.

Canopée : Etage supérieur de la forêt, en contact direct avec l’atmosphère libre.

Cépée : ensemble de rejets se développant à partir d’une souche d’arbre.

Chablis : Arbre ou un groupe d’arbres qui ont été renversés, déracinés ou rompus par le vent, la foudre, ou encore brisé sous le poids de la neige, du givre ou des ans.

Champignon lignivore : Champignon qui dégrade la lignine du bois.

Chandelle : Désigne la partie restée debout d’un arbre cassé.

Cognée : Outil de la famille des haches.

Conifère : Nom donné aux espèces ligneuses qui ne perdent pas leurs feuilles ou leurs aiguilles, et qui restent vertes toute l’année.

Corde : Unité de mesure du volume du bois empilé.

Coupe partielle : Système de récolte où une partie seulement des arbres commercialisables sont récoltés.

Coupe progressive: Système sylvicole qui consiste à régénérer le peuplement par une ou plusieurs coupes partielles, suivie d’une coupe finale, libérant la régénération établie sous couvert.

Coupe rase : Système de récolte consistant à abattre l’ensemble des arbres commercialisables dans un secteur donné et à ne laisser aucun couvert forestier important. Ce système n’est généralement utilisé que dans les plantations.

Couvert : Partie de la forêt formée par les houppiers des arbres dominants. On parle aussi de frondaison.

Cultivar : Plante cultivée, nommée, choisie pour ses caractéristiques uniques, qui doit être transmise d’une génération à l’autre par des méthodes appropriées.

Cubage: Opération consistant à évaluer le volume du bois (sur pied ou plus généralement au sol après une coupe).

Débardage : Opération consistant à transporter des billes du lieu d’abattage au premier dépôt transitoire.

Déforestation : Diminution des surfaces couvertes de forêt.

Défrichement : Opération ayant pour effet de détruire l’état boisé d’un terrain et de mettre fin à sa destination forestière.

Dégagement : Opération sylvicole qui consiste à supprimer tout ou partie de la végétation qui concurrence les sujets faisant l’objet de la culture principale.

Dendrologie (forestière) : Étude et identification des arbres.

Dépressage : Opération sylvicole qui consiste à supprimer un certain nombre de jeunes sujets dans un peuplement très dense et issu de semis.

Développement durable des forêts : Développement des forêts en fonction des besoins actuels sans nuire à leur productivité future, à leur diversité écologique ou à leur capacité de régénération.

Duramen : Partie interne du tronc, correspondant aux zones d’accroissement les plus anciennement formées, qui ne comportent plus de cellules vivantes. Partie plus dure que l’aubier. Appelé aussi bois de cœur ou bois parfait.

Ébranchage : Opération consistant à couper les branches d’un arbre abattu.

Éclaircie : Opération (le plus souvent coupe) pratiquée dans un peuplement forestier non arrivé à maturité, destinée à accélérer l’accroissement du diamètre des arbres restants.

École nationale du génie rural, des eaux et des forêts : École qui forme en France les ingénieurs forestiers (FIF) et les cadres techniques supérieurs (ingénieurs du GREF) du Ministère de l’Agriculture.

Éhouppage : Action de couper l’ensemble du houppier, c’est-à-dire de la cime de l’arbre.

Écorce : Revêtement extérieur du tronc, des branches et des racines des plantes ligneuses.

Élagage : Élimination de branches vivantes ou mortes d’arbres sur pied dans le but de réduire la grosseur des nœuds dans le bois.

Émondage : Élimination de certaines branches d’un arbre ou arbuste pour lui donner une forme désirée, éliminer une partie malade ou brisée, ou stimuler sa croissance.

Érosion : Processus de dégradation et de transformation du relief qui est causé par tout agent externe (donc autre que la tectonique).

Émergents : Arbres dont les cimes se dressent au-dessus du niveau général du couvert forestier.

Équienne : Se dit d’un peuplement d’arbres dont tous les arbres ont moins de vingt ans d’écart entre eux.

Essence dominante : Essence la plus répandue et la plus vigoureuse au sein d’une végétation mixte.

Essence forestière : Désigne généralement une espèce d’arbre, mais ce peut être parfois une sous-espèce ou variété qui présente un intérêt en sylviculture et qui a des exigences biologiques ou des emplois particuliers.

Essence pionnière : Première essence qui repousse sur un terrain passé au feu ou rasé après une coupe à blanc. Les pins et le bouleau sont des essences pionnières.

Exploitation forestière : Processus de production s’appliquant à un ensemble d’arbres en vue de leur acheminement vers un site de valorisation.

Feu de forêt : Incendie qui touche un massif boisé.

Feuillu : Arbres produisant des feuilles par opposition aux conifères ou résineux.

Flèche : Désigne, chez le conifère, la pousse d’allongement ou le rameau vertical situé à son sommet.

Forêt : Étendue plus ou moins vaste portant un peuplement d’arbres relativement dense.

Forêt équienne : Forêt dont tous les arbres ont moins de vingt ans d’écart entre eux.

Forêt inéquienne : Forêt comprenant plusieurs classes d’âges et grandeurs, d’un minimum de trois.

Fût : Partie du tronc de l’arbre se trouvant sous le houppier.

Frondaison : Désigne le moment de l’année où les feuilles d’un arbre ou d’une forêt commencent à pousser.

Futaie : Peuplement composé d’arbres provenant uniquement d’un ensemencement sur place, et qui sont destinées à être coupés, une fois leur plein développement atteint.

Futaie jardinée : Futaie dans laquelle on trouve des arbres à tous les stades de développement.

Futaie régulière : Futaie qui a été planifiée de façon à ce que les coupes et les travaux permettent d’obtenir une succession de peuplements d’âges méthodiquement gradués.

Futaie irrégulière : Voir futaie jardinée.

Garde forestier : Fonctionnaire chargé de patrouiller dans la forêt et autres endroits dans la nature, dans le but de protéger la faune et la flore.

Gélivure : Fente longitudinale radiale qui apparait dans le tronc à la suite de grands froids rigoureux.

Grume : Tronc d’un arbre abattu et ébranché.

Habitat : Désigne l’eau, la nourriture, la couverture et l’abri formant l’environnement essentiel dont les organismes et les espèces vivantes ont besoin pour survivre.

Houppier : Ensemble des branches et partie du tronc non comprise dans le fût. Dans le langage courant, on parle souvent de « tête de chêne ».

Hygrophile : Arbre qui a besoin d’un sol gorgé d’eau.

Insecte xylophage : Insecte dont le régime alimentaire est composé de bois.

Inventaire forestier : Opération de relevé de données réalisée sur le terrain, consistant à quantifier et à décrire les caractéristiques physiques des arbres d’une zone forestière.

Lande : Étendue non cultivée de terrain sablonneux, comportant une végétation basse.

Lichen : Algue et champignon poussant en association symbiotique sur des surfaces solides comme des rochers ou l’écorce d’arbre.

Lignine : Biopolymère que l’on trouve principalement dans les parois pecto-cellulosiques de certaines cellules végétales.

Litière organique : Couche naturelle de débris organiques, de feuilles, de brindilles et d’écorces qui se décompose sur le sol.

Martelage : Opération qui consiste à marquer les arbres qui seront coupés ou laissés sur pied. On utilise généralement des rubans de plastique, une entaille faite au marteau forestier ou des marques de peinture sur le tronc des arbres.

Maquis : Végétation fermée et de faible hauteur qui s’étend sur un sol granitique.

Microsité : Espace de terrain qu’occupe un arbre.

Nœud : Point d’intersection d’une feuille sur le rameau, ou d’un rameau sur une branche ou d’une branche sur le tronc, dont on retrouve la marque dans le bois du tronc, correspondant à l’empreinte laissée par la chute de la feuille, du rameau ou de la branche.

Niche écologique : Position occupée par un organisme, une population ou plus généralement une espèce dans un écosystème. C’est l’environnement unique servant à assurer l’existence d’un organisme ou d’une espèce.

Office National des Forêts (France) : Établissement public français chargé de la gestion des forêts publiques.

Plantations forestières : les plantations sont établies soit sur des terres sans couvert forestier (afforestation), sur les sols forestiers où le couvert forestier a été supprimé par des coupes rases (reboisement) ou dans des régions ayant un couvert forestier (plantation d’enrichissement).

Parcelle : Pièce de terrain d’étendue variable et appartenant à la même personne.

Paysage : Ensemble de zones territoriales qui se distinguent par des différences dans les formes de relief, la végétation, l’utilisation et des caractéristiques d’ordre esthétique.

Peuplement : Groupe d’arbres que distingue sa composition, son âge, sa qualité.

Peuplement mixte : Peuplement constitué de gymnospermes (résineux) et d’angiospermes (feuillus) fortement mêlés.

Plan d’aménagement : Plan détaillé à long terme visant une zone forestière. Il contient un inventaire et d’autres données sur les ressources.

Population : Ensemble des individus de même espèce qui vivent dans une zone géographique donnée, en un moment particulier.

Racine : Organe souterrain d’une plante servant à la fixer au sol et à y puiser l’eau et les éléments nutritifs nécessaires à son développement.

Ravageur : Organisme capable de causer des dommages. Les ravageurs forestiers incluent des insectes, des maladies des arbres et des champignons nuisibles.

Reboisement : Opération qui consiste à restaurer ou créer des zones boisées ou des forêts, typiquement après coupe rase ou tempête.

Recépage : Action qui consiste à couper un arbre près du sol pour permettre la repousse des rejets.

Régénération : Croissance des jeunes arbres, soit naturelle, soit stimulée artificiellement. La régénération naturelle se fait lorsque les arbres dispersent des graines ou par rejets de taillis. Tandis que l’intervention humaine, par la plantation d’arbres, permet la régénération artificielle.

Rémanents : Branches ou bois mort qui restent sur le sol après une exploitation.

Résineux : Arbres du groupe botanique des gymnospermes, qui produisent des cônes et dont les feuilles sont des aiguilles ou ressemblent à des écailles. Se dit aussi du bois de ces arbres.

Révolution : Nombre planifié d’années séparant la formation ou la régénération d’un peuplement forestier et le moment où ce même peuplement est abattu aux fins de récolte filiale. L’âge du peuplement au moment de la récolte est qualifié d’âge d’exploitabilité s’il coïncide avec la révolution, et d’âge d’exploitation s’il en diffère. Dans le cas des systèmes de récolte sélective, on emploie parfois les expressions âge moyen d’exploitabilité ou âge moyen d’exploitation au lieu de l’expression âge d’exploitabilité.

Roulure : Défaut du bois consistant en une séparation de cernes.

Sciaphile : Désigne un arbre qui peut se développer à l’ombre. Exemples : le hêtre, le chêne sessile, le sapin pectiné.

Série forestière : Partie de forêt constituant un ensemble homogène du point de vue de son aménagement ou des essences qui la composent.

Sous-étage : Étage inférieur de la végétation dans une forêt. Généralement formé par la végétation au sol (mousses, herbacées, lichens), des herbes et des arbustes.

Station : Étendue de terrain de superficie variable, homogène dans les conditions physiques et biologiques (climat, topographie, sol).

Stère : Unité de mesure de volume utilisée pour les bois.

Suranné : Arbre ou peuplement qui a dépassé l’âge de maturité, où le taux de croissance diminue et les arbres s’affaiblissent.

Sylviculture : Traitement scientifique, technique et commercial de la forêt, depuis la régénération jusqu’à son exploitation.

Taillis : Terme désignant un peuplement forestier caractérisé par des rejets dont la régénération s’obtient par des coupes de rajeunissement.

Taillis sous futaie : Peuplement mixte obtenu par un traitement consistant à effectuer une coupe du taillis à rotation d’une durée fixe et courte, et à épargner quelques brins, puis à effectuer une coupe partielle de la même futaie selon les arbres sélectionnés ou réservés.

Tronc : Partie principale de la tige d’un arbre, généralement dénudée, située entre les racines et le houppier.

Vieille forêt : Peuplement dominé par des arbres mûrs ou surannés relativement à l’abri des activités humaines. Le peuplement peut contenir plusieurs espèces végétales dont l’âge varie.

Volis : Terme utilisé pour désigner chez un arbre brisé la partie de la tige qui est tombée au sol.
Demande d’information