Exploitation forestière : ce qu’il faut savoir

Il existe autant de stratégies d’exploitation que de forêts

groupement-forestier-1 Chaque forêt se caractérise par de nombreux éléments, qui en déterminent la valeur et les modalités d’exploitation. Une forêt de jeunes peuplements ne générera pas de rendement avant quelques années mais sa valeur progresse tous les ans avec la pousse des arbres (forêts dites riches). Une forêt dont les peuplements sont arrivés à maturité permettra de dégager des rendements plus significatifs, avec des coupes rases et intermédiaires (éclaircies) mais le prélèvement des peuplements diminue la valeur globale de la forêt. Ainsi la valeur des parts d’un Groupement Forestier varie en fonction de l’exploitation, plus ou moins intense, des forêts que le Groupement Forestier détient.

Quelle valeur d’acquisition des forêts ?

groupement-forestier-2La valeur à l’hectare n’est pas constante dans le temps. Elle a varié à la baisse de 1980 à 1996, pour augmenter régulièrement depuis, en moyenne de 4% par an (Source : Société Forestière). En moyenne en 2012, le prix à l’hectare était de 3.900 euros, mais variait de 630 euros à 12.160 euros… Il est donc impératif de s’entourer des conseils d’un homme de l’art avant d’acheter pour évaluer le bien. Certains Groupements Forestiers s’entourent systématiquement des conseils d’un Expert Forestier agréé par la Compagnie Nationale des Ingénieurs et Experts Forestiers et des Experts Bois (CNEIFEB). Par ailleurs la valeur des parts du Groupement Forestier variera dans le temps en fonction de cette donnée exogène du prix à l’hectare.

Les prix dépendent notamment : des sols et de leur adéquation avec les peuplements, du climat, de la proximité de grandes agglomérations, de la proximité d’industries de la filière bois, de la nature et de la densité des peuplements, de leur qualité et de leur maturité, de la richesse cynégétique (concentration de gibier), de l’altitude, de l’accessibilité, de la présence de zones de stockage du bois, des risques d’incendie et de tempête (jamais totalement écartés)… Un bon Groupement Forestier diversifiera donc son actif sur plusieurs forêts.

Quelle stratégie d’exploitation ?

De manière générale, une exploitation s’envisage sur le long terme : chaque génération vit du travail de la précédente et travaille pour la suivante. Typiquement, un chêne sera à maturité pour une coupe et une utilisation de bois d’oeuvre à 150 ans et plus, contre 20 à 25 ans pour un peuplier et 50 à 80 ans pour les résineux. Le schéma ci-dessous présente le cycle d’exploitation de résineux dans les Landes:

groupement-forestier-3

Une forêt (et donc un Groupement Forestier) c’est en général plusieurs essences, de plusieurs maturités et qualités, sur des sols qui varient. Par conséquent l’établissement d’un véritable Business Plan de chaque Groupement Forestier est l’affaire de spécialistes. Par ailleurs, un Groupement Forestier permettra de diversifier la typologie des forêts détenues, de mêler celles générant des revenus de coupe avec celles en devenir pour un bon équilibre. Les loyers de chasse perçus par le Groupement Forestier peuvent apporter un revenu complémentaire non négligeable au Groupement Forestier.

En principe les Groupements Forestiers établissent un Plan Simple de Gestion (PSG) agréé par les Centres Régionaux de la Propriété Forestière (CRPF).



Demande d'information